Chronique du retrait israélien du Liban-Sud en 2000 (L’Hebdo Magazine du 26 mai 2006)

Armée du Liban-Sud, Armée Syrienne, Hezbollah

-Lundi 17 janvier 2000: Menaces des syriens de suspendre toutes les négociations de paix avec Israël, si ce dernier ne s’engageait pas à se retirer immédiatement jusqu’aux frontières de 1967.

 

-Mercredi 19 janvier 2000: Israël rejette les conditions syriennes et précise qu’il ne s’est jamais soumis aux conditions préalables et n’est pas disposé à le faire.

 

-Samedi 22 janvier 2000: La Syrie réclame d’Israël un préengagement écrit de son retrait.

 

-Mercredi 26 janvier 2000: Pour la première fois depuis août 1999, un soldat israélien tombe au Liban sous des tirs du Hezbollah. L’armée israélienne réagit avec vigueur.

 

-Lundi 31 janvier 2000: Ouverture à Moscou de négociations multilatérales sur le Proche-Orient, sous la présidence de la secrétaire d’Etat américaine de l’époque, Madeleine Albright. Israël suspend ces négociations après la mort de trois de ses soldats au Liban-Sud au cours d’une opération du Hezbollah. Le Premier ministre israélien Ehud Barak accuse la Syrie de faciliter l’approvisionnement et la liberté de mouvement des combattants du Hezbollah.

Le colonel Akl Hachem (numéro 2 de l’ALS) meurt dans un attentat à la bombe. Des Katiouchia sont tirées sur le nord d’Israël qui réagit avec une extrême vigueur.

 

-Lundi 7 février 2000: Le Hezbollah attaque l’armée israélienne dans la zone occupée faisant un mort et six blessés. Ehud Barak annonce alors que l’armée israélienne ripostera à toute attaque en provenance du Liban. « S’il s’agit du Hezbollah, nous attaquerons le Hezbollah », dit-il.

 

-Mardi 8 février 2000: Israël menace le Liban d’attaques plus importantes, si les populations israéliennes continuent à être la cible des opérations du Hezbollah. Il menace de ne plus respecter l’accord d’avril 1996 portant sur la protection des civils des deux bords.

 

-Jeudi 10 février 2000: Des statistiques précisent que 77.8% de la population israélienne sont favorables au retrait de l’armée israélienne de la zone occupée au Liban, avec ou sans accord négocié.

 

-Vendredi 11 février 2000: Un soldat israélien trouve la mort dans une attaque du Hezbollah. Barak retire sa délégation lors d’une réunion du comité d’avril et somme la Syrie de mettre un terme aux actions du Hezbollah.

 

-Jeudi 17 février 2000: Les raids israéliens se multiplient au Liban-Sud. Les pays arabes demandent aux Etats-Unis de faire pression sur Israël pour qu’il cesse ses attaques. Israël décide de former un Cabinet réduit, présidé par Ehud Barak, pour décider ou non du bombardement des infrastructures civiles au Liban, en riposte aux attaques du Hezbollah.

2000 étudiants manifestent à Beyrouth et s’opposent aux forces de l’ordre. Ils tentent de prendre d’assaut l’ambassade américaine.

 

-Jeudi 24 février 2000: Le Premier ministre français, Lionel Jospin, provoque de larges réactions au cours de sa visite en Israël, en dénonçant les « actions terroristes » du Hezbollah.

 

-Vendredi 25 février 2000: Les propos de Jospin entraînent un grave incident diplomatique et le Liban précise que le Hezbollah est un groupe de résistance et non de terrorisme.

 

-Lundi 28 février 2000: Une grande manifestation a lieu à Beyrouth pour protester contre les propos de Lionel Jospin.

 

-Mercredi 1er mars 2000: La télévision israélienne annonce l’adoption d’un plan de retrait unilatéral de l’armée israélienne de la région du Liban-Sud, et envisage un agenda sur quelques jours, en soulignant l’inquiétude de voir l’ALS s’effondrer à l’approche de la date du retrait.

 

-Vendredi 3 mars 2000: Une attaque du Hezbollah fait cinq tués parmi les membres de l’ALS et un dans les rangs des israéliens. Sept autres soldats sont blessés.

 

-Samedi 11 mars 2000: Un important trafic de passeports et de visas canadiens est découvert au Liban-Sud. Ces faux documents sont vendus à des miliciens libanais qui ont combattu aux côtés de l’armée israélienne.

 

-Lundi 13 mars 2000: Des missiles israéliens s’abattent contre des bases d’organisations palestiniennes hostiles au processus de paix, situées dans des zones contrôlées par la Syrie.

 

-Mercredi 19 avril 2000: Libération d’un nombre de prisonniers libanais détenus depuis 10 ans en Israël, sur injonction de la Cour Suprême.

 

-Mercredi 3 mai 2000: Des attaques israéliennes visent les infrastructures civiles au Liban.

 

-Mardi 8 mai 2000: La Ligue arabe suspend sa participation aux conférences multilatérales dans le cadre du processus de paix au Proche-Orient, pour protester contre les frappes israéliennes.

 

-Mercredi 24 mai 2000: Israël retire ses troupes du Liban-Sud sous les tirs de la Résistance, provoquant un exode massif de centaines de miliciens de l’ALS auxquels il refuse l’asile politique. L’armée israélienne boucle le dernier point de passage avec le Liban, mettant ainsi fin à plus de 22 ans d’occupation.

 

-Vendredi 16 juin 2000: La FINUL vérifie tous les points frontaliers entre le Liban et Israël, afin de confirmer le départ des troupes israéliennes. Début du tracé de la fameuse ligne bleue.

Publicités

2 réflexions sur “Chronique du retrait israélien du Liban-Sud en 2000 (L’Hebdo Magazine du 26 mai 2006)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s