Syrie: des kurdes réclament une zone d’exclusion aérienne à la France, d’autres négocient avec Damas ou le naufrage d’une cause

Non classé

Strategika51 Intelligence

Le retrait d’une partie des forces US de Syrie met les forces kurdes réclamant la création d’une entité semi-étatique en position de faiblesse par rapport aux forces locales pro-turques.

Ces dernières ne cessent de renforcer leur position et de monter en puissance sous l’ombre protectrice d’Ankara, qui ne cache nullement ses ambitions géostratégiques dans ce que les turcs considèrent comme leur arrière basse-cour.

Cette situation pousse les kurdes à adopter deux attitudes contradictoires: négocier avec Damas ou se mettre sous la tutelle d’une autre puissance impliquée dans le conflit syrien.

L’appel par des activistes kurdes lancé à la France pour établir une zone d’exclusion aérienne au dessus de l’extrême Nord de la Syrie révèle non seulement le désespoir de certains meneurs politiques kurdes mais leur méconnaissance totale de la situation régionale et internationale.

Ni la France ni le Royaume-Uni n’ont ni le pouvoir ou la volonté de mettre sur place…

Voir l’article original 414 mots de plus

Des renforts turcs vers une zone kurde

Non classé

RESEAU ACTU

Des renforts turcs vers une zone kurde:

Ankara a envoyé samedi soir des renforts militaires dans le nord de la Syrie, vers une zone contrôlée par les forces kurdes.

La Turquie a envoyé samedi soir des renforts militaires dans le nord de la Syrie à proximité d’une zone contrôlée par les forces kurdes, alors qu’Ankara menace de mener une nouvelle offensive pour les «éliminer», a indiqué une ONG.

Ce rebondissement sur le terrain intervient après l’annonce surprise mercredi par le président Donald Trump du retrait de ses troupes stationnées dans le nord-est de la Syrie aux côtés des combattants kurdes, cibles de longue date de la Turquie.

«Quelque 35 chars et autres armes lourdes, transportés à bord de porte-chars, ont traversé en début de soirée le poste-frontière de Jarablos», a indiqué à l’AFP le directeur de l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH), Rami Abdel Rahmane. «Ils se sont…

Voir l’article original 322 mots de plus

L’Iran lance des missiles près d’un porte-avions des Etats-Unis d’Amérique dans le golfe Persique

Non classé

MIRASTNEWS

© REUTERS / Hamad I Mohammed

Des navires de la marine iranienne ont tiré des missiles près du groupe naval d’un porte-avions des Etats-Unis d’Amérique entré dans le golfe Persique le 21 décembre.

Selon AP, le groupe naval de la marine des Etats-Unis d’Amérique, dirigé par le porte-avions USS John C. Stennis, a été suivi par des navires du Corps des gardiens de la révolution islamique après leur entrée dans le golfe Persique.

« Les navires des Gardiens de la révolution iraniens ont suivi les Stennis et leur groupe d’attaque et, à un moment donné, ils ont tiré des missiles et ont fait sauter un drone », selon le rapport.

Le groupe naval USS John C. Stennis, en plus du porte-avions, comprend le croiseur USS Mobile Bay, les destroyers USS Decatur et USS Mitscher, ainsi qu’un sous-marin stratégique.

Selon le Wall Street Journal, l’entrée de navires états-uniens dans le golfe…

Voir l’article original 1 266 mots de plus

Qatar : Emmanuel Macron a refusé les cadeaux de l’émir Tamim

Non classé

RESEAU ACTU

Qatar : Emmanuel Macron a refusé les cadeaux de l’émir Tamim:

Lors d’une visite officielle à Doha, il y a un an, Emmanuel Macron a réfusé les cadeaux de son hôte. Une initiative qui a surpris le protocole qatarien.

Le chef de l’État a refusé les cadeaux que son hôte, le cheikh Tamim Bin Hamad al-Thani, avait prévu de lui offrir à l’issue de sa visite officielle à Doha, il y a un an, a-t-on appris de source proche de l’ambassade de France au Qatar. «Le soir de la visite, le diwan (bureau de l’émir, NDLR) a fait envoyer à l’ambassade tous les cadeaux que Tamim voulait offrir, comme c’est la tradition, à Emmanuel Macron, qui venait de passer une journée dans l’émirat. Mais l’Elysée a appelé l’ambassade pour signaler qu’il fallait les retourner au diwan», explique notre source.

Le protocole qatarien a paru surpris par cette initiative. «On…

Voir l’article original 326 mots de plus

Erdogan menace les Kurdes de Syrie, inquiétudes sur le sort des prisonniers djihadistes

Non classé

RESEAU ACTU

Erdogan menace les Kurdes de Syrie, inquiétudes sur le sort des prisonniers djihadistes:

Le retrait américain de Syrie fait craindre la libération de centaines de djihadistes, prisonniers des Kurdes syriens, si ces derniers sont laissés à la merci de l’armée turque.

Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, a promis, jeudi 20 décembre, d’éliminer les djihadistes et les milices kurdes du nord de la Syrie dans la foulée de l’annonce du retrait des troupes américaines de ce pays. Saluant « avec une certaine prudence » l’annonce du retrait américain faite mercredi par son homologue américain Donald Trump, M. Erdogan a assuré, lors d’un discours à Istanbul, que son pays tâcherait « d’éliminer les YPG [miliciens kurdes] et les résidus de Daech », le groupe Etat islamique (EI), dans le nord de la Syrie.

Lire aussi  

Syrie : « L’Etat islamique se nourrira du chaos et du vide politique…

Voir l’article original 618 mots de plus

Pourquoi le signal de paix de Trump en Syrie pourrait-il voir les Etats-Unis d’Amérique se heurter à la Russie en Ukraine

Non classé

MIRASTNEWS

Des membres des forces armées ukrainiennes à bord de missiles antichars Javelin, Kiev, Ukraine © Reuters / Gleb Garanich

L’appel soudain de Trump aux troupes états-uniennes de quitter la Syrie est qualifié de «cadeau à la Russie» par ses détracteurs nationaux. Le paradoxe est que les signaux de paix en Syrie pourraient laisser présager un conflit plus intense avec la Russie en Ukraine. À peine un cadeau.

L’annonce par Twitter du Président Trump d’un retrait militaire de la Syrie se comprend mieux comme un geste politique superficiel.

La démission ultérieure de son secrétaire à la Défense, James Mattis – quelques heures après le retrait déclaré de Trump – montre que le président est profondément en contradiction avec le Pentagone. Les responsables militaires disent qu’ils ont été aveuglés par Trump. La démission de Mattis a donc été une réprimande.

LIRE PLUS:Le secrétaire à la Défense des Etats-Unis d’Amérique, Jim Mattis…

Voir l’article original 1 402 mots de plus

Le Rojava en Syrie, entre compromis et utopie

Non classé

Salimsellami's Blog

La Fédération démocratique du nord et l’est de la Syrie, qu’on appelle aussi le Rojava, traverse une période dangereuse pour son avenir. Attaquée par la Turquie, qui a envahi le canton d’Afrin et qui menace d’étendre son agression, au moment même où elle contribue à liquider l’organisation de l’État islamique, elle tente de négocier un compromis avec un régime syrien qui traîne les pieds.

CHRIS DEN HOND

https://orientxxi.info/magazine/le-rojava-en-syrie-entre-compromis-et-utopie,2824

Voir l’article original

Nacer Kandil/ Rappelez-vous : Retrait américain fin 2018

Non classé

ITRI : Institut Tunisien des Relations Internationales

Rappelez-vous : Retrait américain fin 2018
Rubrique : Les points sur les i
Par Nasser Kandil

Traduit de l arabe par Rania Tahar

La question n’est pas dans les dates décisives comme la fin de l’année et le début d’une autre année, mais dans ce que nous n’avons cessé de répéter sur le lien entre l’avenir de la guerre contre la Syrie et le sort des forces américaines en Afghanistan, dont la présence a été prolongée de la fin 2016 à la fin de 2018, afin de se maintenir en Syrie. Après la bataille d’Alep et les victoires de la Russie et de l’axe de la résistance, le pari était de parvenir à un règlement aboutissant à la sortie de l’Iran et du Hezbollah et qui soit acceptable par les présidents russe et syrien ; pour imposer un tel règlement, les frappes israéliennes et les sanctions américaines en ont été…

Voir l’article original 833 mots de plus