Afrin, « le monde perdu » des Kurdes syriens

Non classé

RESEAU ACTU

Inscrivez-vous aux alertes d’info


En Syrie, les Églises alertent sur l’intensification des violences

Article suivant

En Syrie, les Églises alertent sur l’intensification des violences



Bombardements de la Ghouta orientale : comment en est-on arrivé là ?

Article précédent

Bombardements de la Ghouta orientale : comment en est-on arrivé là ?

Vous consultez votre 4 ème article sur les 5 offerts

Appareils compatibles

Découvrez l’accès ilimité
+ de nombreuses fonctionnalités

Isolé du reste du pays, ce canton à majorité kurde du nord-ouest de la Syrie est la cible de l’opération « Rameau d’olivier », lancée par la Turquie le 20 janvier.

Face à la seconde armée de l’Otan, les combattants kurdes résistent, mais jusqu’à quand ?

Arrivée de miliciens syriens pro-Bachar Al Assad à Afrin, venus prêter main-forte aux Kurdes. Des drapeaux syriens et des portraits de Bachar Al-Assad côtoient des portraits à l’effigie d’« Apo », Abdullah Öcalan, l’inspirateur des YPG, et le fondateur du PKK (le Parti des travailleurs du Kurdistan).


ZOOM

Arrivée de miliciens syriens pro-Bachar Al Assad à Afrin, venus prêter main-forte aux Kurdes. Des drapeaux syriens et des portraits de Bachar Al-Assad côtoient des portraits à l’effigie d’« Apo », Abdullah Öcalan, l’inspirateur des YPG, et le fondateur du PKK (le Parti des travailleurs du Kurdistan). / Ahmad Shafie Bilal/AFP

Entrer à Afrin, c’est comme explorer Le Monde perdu d’Arthur Conan Doyle. Sur un…

Voir l’article original 2 700 mots de plus

Londres menace de « frapper » la Syrie pour sauver ses propres terroristes

Non classé

Strategika 51 Intelligence

De tous les pays soutenant le terrorisme en Syrie, c’est la Grande-Bretagne qui possède le plus grand nombre d’infiltrés au sein des onze groupes terroristes se battant a la Ghouta mais également à Idlib.

Il n’est donc guère surprenant que Boris Johnson, un clown occupant le Foreign Office de Sa Majesté, rejoigne le chorus de ceux qui menacent de « frapper » la Syrie en cas d’usage avéré d’eau de Javel ou de chlore.

Historiquement, les menaces de Londres ont toujours eu plus de poids que les menaces proférées par Paris et l’explication est en partie psychologique.

Les Anglais ont toujours aimé la guerre et la destruction.

La perfide Albion n’a jamais reculé quand il s’agit de commettre des massacres.

Les Allemands de Dresde, du moins ceux qui n’ont pas été frappés d’amnésie volontaire, en savent quelque chose.

Pour revenir à la Ghouta orientale, Damas est déterminé à exterminer les agents du…

Voir l’article original 103 mots de plus

le roi Salman destitue la direction de l’armée

Non classé

RESEAU ACTU

International > Arabie saoudite : le roi Salman destitue la direction de l’armée

publié le 27 février 2018 à 7h15

.

 4 minutes

International

Le roi Salmane d’Arabie (d) et le prince héritier du trône d’Arabie saoudite et minsitre de la Défense, Mohammed ben Salmane, le 13 décembre 2017 à Ryad© Saudi Royal Palace/AFP/Archives BANDAR AL-JALOUD

Le roi Salmane d’Arabie saoudite a opéré un remaniement majeur, aux allures de limogeage, à la tête de l’armée en remplaçant les principaux commandants militaires, y compris le chef d’état-major, ont annoncé lundi les médias d’état.

Le monarque a remplacé les chefs de l’armée de l’air et de l’armée de terre, ainsi que des fonctionnaires civils, dont plusieurs sous-ministres, par une série de décrets royaux pris tard dans la nuit.

“Fin des services du général Abdel Rahmane ben Saleh al-Bunyan, chef d’état-major”, a rapporté sèchement l’agence de presse officielle SPA, ajoutant qu’il…

Voir l’article original 525 mots de plus

Syrie : Ankara déploie des forces spéciales à Afrin en prévision d’une «nouvelle bataille»

Non classé

RESEAU ACTU

Les forces spéciales de la police turque ont traversé la frontière syrienne depuis les provinces de Kilis et Hatay (sud de la Turquie), selon les médias locaux. Les unités fraîchement arrivées auront pour mission de maintenir la présence turque dans les villages pris aux Unités de protection du peuple (YPG) kurdes.

«Le déploiement des forces spéciales fait partie de la préparation d’une nouvelle bataille qui s’annonce», a déclaré le 26 février le vice-Premier ministre Bekir Bozdag à la chaîne de télévision turque NTV. «La lutte se déplacera vers des endroits où il y a des civils, alors que la zone [de combat] se rétrécit», a-t-il par ailleurs ajouté. En outre, il a précisé que les forces présentes sur place avaient l’«expérience» des «combats antiterroristes en zone urbaine», faisant entre autres référence aux opérations militaires menées par Ankara contre des milices kurdes lors d’une précédente offensive turque en Syrie en 2016.

Alors que l’opération «Rameau d’olivier» est…

Voir l’article original 233 mots de plus

Bassam Tahhan sur les rebelles de la Ghouta : imaginez «10 000 terroristes en banlieue» de Paris

Non classé

RESEAU ACTU

Universitaire, normalien et spécialiste de géopolitique, le Franco-Syrien Bassam Tahhan détaille ce que les médias occidentaux nomment «rebelles» : une nébuleuse de groupes armés djihadistes réfugiés dans les vergers de Damas.

Les combats de la Ghouta ont un air de déjà vu. Comme lors du siège d’Alep en décembre 2016, des rebelles sont qualifiés de «modérés» par la presse occidentale, des civils pris au piège, et des accusations répétées à l’encontre du gouvernement de Damas, qualifié de «régime», qui bombarderait des civils.

Continuer à dire sur nos chaînes et nos radios que ce sont des rebelles modérés, c’est être complice du terrorisme

Mais le Franco-Syrien Bassam Tahhan, ex-professeur d’arabe à l’Ecole polytechnique et ancien directeur de séminaire de géopolitique à l’Ecole de Guerre, livre une analyse différente. «Continuer à dire sur nos chaînes et nos radios [que] ce sont des rebelles modérés, c’est être complice du terrorisme, c’est grave», a-t-il déploré sur le…

Voir l’article original 353 mots de plus

Saudi king replaces military chiefs in shake-up

Non classé

RESEAU ACTU

Saudi Arabia's King Salman bin Abdulaziz (C)Image copyright
Getty Images

Image caption

King Salman acceded to the throne in 2015

Saudi Arabia has sacked its top military commanders, including the chief of staff, in a series of late-night royal decrees.

Saudi King Salman also replaced the heads of the ground forces and air defences.

The news was published by the official Saudi Press Agency, but no reason for the sackings was given.

They come as the war in Yemen, where a Saudi-led coalition is fighting rebels, is nearing the end of its third year.

Crown Prince Mohammed bin Salman is believed to be behind various recent shake-ups in the country.

Last year dozens of prominent Saudi figures, including princes, ministers and billionaires, were locked up in Riyadh?s five-star Ritz-Carlton hotel as the prince led a drive against corruption and abuse of power.

Sweeping change

By Sebastian Usher, BBC Arab Affairs Editor

This is another sweeping…

Voir l’article original 124 mots de plus