L’Arabie saoudite a peur d’être colonisée : expulsion de 5 millions d’étrangers

Non classé

Espace détente, poésie, judaïsme et lutte contre la désinformation

http://static.resistancerepublicaine.eu/wp-content/uploads/2017/03/58c40d94c36188ae258b470c.jpg_____________________________________________________

L’Arabie saoudite a peur d’être colonisée : expulsion de 5 millions d’étrangers

Un bus préparé par les autorités saoudiennes renvoyant des immigrés clandestins (principalement pakistanais et indiens) dans leur pays

Tonton ! Pourquoi tu tousses ?!
_________________________________

L’Arabie saoudite envisage l’expulsion de cinq millions d’étrangers par peur d’être «colonisée»
11 mars 2017

Alors que la monarchie saoudienne est souvent accusée de violer les droits des nombreux travailleurs étrangers vivant sur son sol, un programme d’expulsion massif est actuellement étudié par les autorités.

Un projet de loi réclamant l’expulsion de cinq millions d’immigrés, de nationalités diverses, a été déposé début mars au Majlis Al-Choura, un conseil consultatif nommé par le roi d’Arabie saoudite, rapportent plusieurs médias du pays cités par le Courrier international le 9 mars.

«Ces étrangers ne sont pas là pour travailler de manière régulière, ni pour des raisons religieuses, mais pour coloniser notre pays», a…

Voir l’article original 297 mots de plus

Athènes appelle à un partenariat stratégique entre la Grèce et l’Arménie face à la Turquie

Non classé

civilwarineurope

Les autorités grecques, le premier ministre A. Tsipras en tête, avaient réagi avec véhémence aux déclarations faites en décembre 2016 par le président turc R.T.Erdogan, qui prônait une “géographie du coeur” en vertu de laquelle certains territoires de l’ancien Empire ottoman, dont il a ouvertement la nostalgie, reviendraient dans le giron de la Turquie. La province grecque deThrace orientale figurait sur cette “carte du Tendre” néo­ottomane esquissée par le président turc, au grand dam des autorités grecques qui avaient alors appelé la Turquie à respecter les traités internationaux, notamment celui de Lausanne de 1923, auxquels la République turque doit le tracé de ses frontières actuelles.

Dans cet esprit, le ministre grec des affaires étrangères, Nikos Kotzias, s’est fait l’avocat en quelque sorte d’une diplomatie du coeur en
appelant à un “partenariat stratégique” entre la Grèce et l’Arménie, où il a entamé une visite officielle, à Erevan, le jeudi 9 mars…

Voir l’article original 369 mots de plus