Historique des corps de troupe: 2e Régiment d’Artillerie de Montagne

Armée Française du Levant

ARMEE DU LEVANT

SYRIE ET CILICIE

La 1re Batterie, ex-42e et ex-34e du 2e R.A.M., venant du Dépôt de Nice, est embarquée à Marseille le 1er octobre 1919; elle débarque à Beyrouth le 11 octobre. Elle va cantonner au Camp Saint-Elie, où séjourneront d’ailleurs toutes les Batteries qui, par la suite, passeront par Beyrouth.

Elle forme un Groupe sous les ordres du Chef d’Escadron Cognerai, et après s’être organisée, elle embarque le 29 octobre 1919 pour aller à Alexandrette, où elle débarque le 30. Elle revient à Beyrouth le 18 décembre 1919 et repart pour Alexandrette le 31 décembre 1919.

Le 5 janvier 1920, elle fait partie de la colonne Debieuvre. Elle participe aux combats de Harine-el-Hamman et des environs d’Antioche; elle rentre à Alexandrette le 20 février.

Elle repart avec la colonne Andréa qui opère en Cilicie du 25 mars au 3 avril. La colonne dégage Aïntab, encerclé depuis huit mois, et livre le combat de Ratjou (11 avril), puis elle cantonne à Katina. Envoyée au secours du poste d’Urfa, elle ne peut l’atteindre faute de vivres.

Fin avril, elle est dans la région de l’Euphrate, elle passe le fleuve, et participe aux combats de Djerarblousser, Arab, Poumard, Serour et défilé d’Urfa.

Le 29 juin, elle est avec les troupes qui ont enlevé le poste de Tel-Elbrad. Ce poste ne peut se maintenir, les troupes reviennent sur les bords de l’Euphrate, et la Batterie se replie jusqu’à 20 kilomètres de Katma.

Dans la deuxième quinzaine de juillet, elle participe à la prise d’Alep. Le 1er octobre 1920, elle passe au 272e R.A.C. où elle forme la 11e Batterie.

2e Batterie. – La 2e Batterie, ex-42e et ex-35e du 2e R.A.M., venant du Dépôt de Nice, est embarquée à Marseille le 3 octobre 1919. Elle arrive à Beyrouth le 11 et cantonne à Saint-Elie. Le 29 octobre 1919, elle embarque à Beyrouth et débarque à Alexandrette le 30, y séjourne jusqu’au 18 décembre 1919, puis revient à Beyrouth.

Le 22 décembre 1919, une section fait partie de la colonne du Merjd-el-Ayoun (Vallée du Jourdain).

Le 4 janvier 1920, elle participe au combat de Mtelleh. Le 7 janvier, l’autre Section, venant de Beyrouth, arrive à Mtelleh. La Batterie rassemblée part pour la construction du Camp de Judaïdée. En février, les Sections rentrent à Beyrouth, participent à des opérations dans les environs de Saïda (Sud de Beyrouth), puis la Batterie, réorganisée à quatre sections, est embarquée à Beyrouth pour Adana (mars 1920).

Elle reste en Cilicie jusqu’au 1er octobre 1920, date à laquelle elle passe au 274e R.A.C. pour y former la 11e Batterie. Pendant son séjour en Cilicie au titre du 2e R.A.M., elle participe à toutes les opérations des 1er et 4e D.I. de l’Armée du Levant.

26e Batterie. – Ex-48e. Débarquée à Mersina le 13 novembre 1919, venant de Constantinople, elle est dirigée sur Islahié le 1er décembre 1919; continuant son avance, elle arrive à Marrache (15 décembre); elle opère dans les environs, puis finalement est bloquée.

Une colonne de secours venant de Islahié rétablit la situation, mais Marrache est évacuée le 6 février 1920. Le 15 février, la colonne de Marrache arrive à Islahié. Les étapes de retour sont effectuées dans des conditions terribles; le thermomètre descend jusqu’à 26 degrés au-dessous de zéro. Le froid cause des pertes sérieuses, surtout dans la population chrétienne ramenée de Marrache, fuyant les turcs.

Le 28 février 1920, la Batterie, durement éprouvée, rentre à Adana par voie ferrée. Elle se recomplète en personnel (canonniers malgaches), en animaux et en matériel; elle est formée à quatre sections, qui opèrent dans la région d’Adana, Bagtché, Tarsous, Maïdan, Ekbès, Aïntab, du 18 mars au 12 avril 1920.

De cette époque au 1er octobre 1920, elle participe aux opérations de Cilicie, notamment au combat de Bozanti (28 mai 1920) et à la colonne de Katma-Alep; au mois d’août, elle est à Alep.

Le 1er octobre 1920, elle passe au 272e R.A.C. et y forme la 12e Batterie.

30e Batterie. – Formée à Nice le 20 mars 1918, elle est embarquée à Marseille le 15 mai 1918 pour le Levant.

Elle débarque à Port-Saïd et entre dans la composition d’une division en formation, qui se concentre dans la Basse-Egypte. Elle est à Ferry-Post, rive d’Asie du Canal de Suez, du 3 au 30 juin. Le 13 juillet, elle embarque en chemin de fer à Ismaïlia pour aller à Medjel, près d’Ascalon (Judée). La division s’y forme définitivement et se dirige sur Rentis, près de Jaffa; elle y livre quelques combats et refoule les turcs vers le Liban. Les spahis les poursuivent, et la Division rentre à Beyrouth (novembre 1918); elle y séjourne jusqu’en mai 1919.

Le 29 mai, la 1re Section part en colonne chez les Ansarichs (Anti-Liban); la 2e Section prend ses quartiers d’été à l’Abbey (Liban) le 21 juillet; la 1re Section l’y rejoint le 19 août. La Batterie rentre à Beyrouth le 25 octobre 1919, y stationne jusqu’au 25 novembre. A cette date elle part pour la plaine de la Békaa (Région de Damas), y cantonne à Geditta jusqu’au 16 décembre 1919.

Le 17 décembre, la Batterie de tir est enlevée par des camions autos, et transportée à Tel-Kala pour y débloquer un bataillon de zouaves. L’opération terminée, elle rejoint ses échelons.

Le 1er janvier 1920, elle part pour Tripoli, y reste jusqu’au 5, puis continue sa route sur Beyrouth, y arrive le 9, y séjourne jusqu’au 28 janvier, et le 29 elle est embarquée pour Mersina. Dès son débarquement, elle est transportée en chemin de fer à Islahié, elle y cantonne jusqu’au 5 février.

A cette date, elle est dirigée par étapes sur Marrache, où une colonne va débloquer un bataillon du 412e R.I. et la 26e Batterie. L’opération réussit, la colonne rentre à Islahié le 13, ramenant non seulement la garnison, mais encore les chrétiens qui fuyaient les turcs.

Le 20 février, la Batterie arrive à Airan. La 2e Section va à Mamouré et y livre quelques combats.

Le 15 mars, elle part en chemin de fer pour aller à Medan-Ekbès, où elle entre dans la composition d’une colonne chargée de débloquer un poste; puis elle revient à Djian, qu’elle quitte à deux reprises pour faire colonne, la seconde fois sur Topra-Kalé, où elle cantonne jusqu’au 29 avril. La 1re Section va mettre en batterie sur une position à la Sellette, à 3 kilomètres d’Airan; le 29 avril, la 2e Section l’y rejoint par voie ferrée. La Batterie y est bloquée du 10 mai au 1er juillet 1920.

Elle est débloquée par la colonne Laurent, et se retire sur Djian, où elle arrive le 18 juillet 1920.

Le 1er septembre, elle part pour Adana par voie ferrée, et y arrive le jour même.

Elle est à Adana le 1er octobre, lorsqu’elle reçoit l’ordre de passer au 271e R.A.C., pour y former la 11e Batterie.

SECTIONS DE MUNITIONS

Dans la relation qui précède, il est surtout parlé des unités de combat, quelques mots seulement rappellent qu’il y a aussi des Sections de Munitions au 2e R.A.M.

Le rôle des Sections a été, il est vrai, modeste et effacé, mais au même titre que les canonniers des Batteries, ceux des Sections ont été des Artilleurs de Montagne, et ils méritent bien un chapitre spécial.

La 30e Section, formée à Nice le 19 mars 1918, pour l’armée du Levant, est devenue, le 1er octobre 1920, 2e S.M.M. du 272e R.A.C.

La 31e Section, formée également pour le Levant à Nice, le 1er décembre 1919, devient 3e S.M.M. du 273e R.A.C. le 1er octobre 1920.

OFFICIERS DU REGIMENT MORTS PENDANT LA GUERRE

-Lieutenant Auguste Lambert, décédé à Beyrouth le 16 novembre 1919.

-Sous-lieutenant Jules Barrère, décédé à Hady-Tabeb (Cilicie) le 8 août 1920.

-Capitaine Auguste Delgrange, décédé à Alexandrette le 8 septembre 1920.

-Lieutenant Arrighi de Casanova, tué à Medjin-Djihan (Cilicie) le 28 août 1920.

ORDRE GENERAL DE L’ARMEE DU LEVANT DU 18 SEPTEMBRE 1920

« La 1re Section de la 26e Batterie, sous le commandement du Capitaine Boudet, des Adjudants Gabard, Giraudeau, des Maréchaux-des-Logis Lambert, Chatel, des Brigadiers Groffier, Pinelli, Morin, Moricot, a, le 18 juillet 1920, au cours d’une attaque de nuit du Camp des Vignes, combattu plusieurs heures sans défaillance, tirant à bout portant, sur un ennemi nombreux, qui s’acharnait à vouloir enlever la pièce, et est parvenue, au prix de pertes cruelles, à repousser les assaillants et à sauver son matériel, faisant preuve du plus magnifique dévouement et d’un courage héroïque ».

Il y a lieu de signaler pour mémoire, la citation suivante, à l’Ordre de l’Armée du Levant, obtenue par la 11e Batterie du 271e Régiment d’Artillerie de Campagne d’Afrique. Cette Batterie n’est autre que la 26e Batterie du 2e Régiment d’Artillerie de Montagne, qui, le 1er octobre 1920, était devenue 11e Batterie du 271e.

ORDRE GENERAL NUMERO 51 DU 16 JANVIER 1921

« Le Général Commandant provisoirement en chef de l’Armée Française du Levant, cite à l’ordre de l’Armée: la 11e Batterie de 65 du 271e Régiment d’Artillerie de Campagne d’Afrique. Batterie superbe par sa bravoure, son énergie et son entrain.

Le 23 novembre 1920, au combat de Fedeul, sous le Commandement du Lieutenant Massart, étant prise sous une vive fusillade a retourné ses pièces malgré le feu meurtrier et a riposté une cannonade énergique. Devant les pertes subies, s’est repliée sous les balles, en arrière de la crête, avec ordre et un calme admirable. A déclenché ensuite un feu dont la violence et la précision ont chassé l’ennemi des pitons occupés et a permis de rétablir la situation un moment critique. Par sa conduite héroïque, a provoqué l’admiration de tous ».

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s