Nationalisme arabe: succès et échecs (7)

Non classé

NAISSANCE D’UNE NATION PALESTINIENNE

 

L’échec de la République arabe unie puis la défaite de 1967 ont provoqué une scission entre, d’une part, des Etats jugés « réactionnaires », tels l’Arabie Saoudite ou la Jordanie, et, d’autre part, des Etats « progressistes », tels l’Egypte qui continue à guerroyer contre Israël, la Syrie ou l’Algérie de Boumediene.

Pourtant, ceux-ci n’osent pas contraindre les premiers à utiliser l’arme du pétrole pour obliger l’Occident, et donc Israël, à quitter les territoires occupés et à appliquer la résolution 242 des Nations Unies. C’est au sommet de Khartoum qu’apparaît ce constat: certes, les Etats arabes disent « non » à Israël, mais ils disent « oui » à l’Occident: développement oblige!

Les palestiniens étaient ainsi sacrifiés, eux qui avaient rejeté la résolution 242 – parce qu’elle confirmait la reconnaissance d’Israël – et dont la résistance s’organisait dans les territoires occupés. L’OLP, créée en 1964, radicalisait sa charte en 1968: la lutte armée devient « la seule voie » pour libérer « totalement la Palestine » (article 9 et 21), « les juifs qui y résidaient jusqu’au commencement de l’invasion sont palestiniens » (article 6).

Cette radicalisation s’accompagnait d’un discours révolutionnaire, d’un appel au secours des réfugiés et des expulsés dont le nombre était passé de 500000 environ en 1948 à 1300000, près du tiers s’installant en Jordanie. Ainsi, alors que le refus arabe, depuis 1948, tolérait une certaine composition avec Israël, celui de la résistance palestinienne prenait la relève de façon radicale et donnait naissance à une nation.

L’apparition de ces palstiniens en tant que force politique ne pouvait qu’embarrasser Nasser et le roi de Jordanie, alors que les américains, avec Rogers et Kissinger, essaient de nouer les fils d’une négociation entre les arabes et Israël. L’écart s’élargit de plus en plus entre une résistance palestinienne, dont les leaders comme Georges Habache tenaient un discours révolutionnaire inspiré de Cuba, de la Chine ou du Vietnam, et l’ensemble des Etats arabes qui peu à peu se consolidaient et craignaient d’être déstabilisés par un nouveau conflit qu’auraient arbitré les russes et les américains.

Jusqu’alors, l’OLP avait été considérée comme un pion dans la politique des Etats arabes, notamment de l’Egypte, et non comme une force représentative. Or elle le devenait, prenant son autonomie en stigmatisant « les traîtres arabes » coupables d’accepter le plan Rogers sur les territoires occupés qui implique la permanence d’Israël. Nasser fait alors fermer la radio palestinienne du Caire. Plus encore, croyant pouvoir compter sur l’appui de l’Irak, la résistance palestinienne, à la tête de laquelle Habache a pris le dessus sur Arafat, envisage de détrôner le roi Hussein. Celui-ci dispose d’une armée petite mais forte qui écrase la résistance palestinienne au cours d’un « septembre noir » qui fait 3500 morts et 10000 blessés. Lors du conflit, la population palestinienne de Jordanie ne s’était pas solidarisée avec les fedayin, si bien que le Fath d’Arafat allait l’emporter sur le FPLP de Habache et imposer l’idée d’un Etat palestinien que Nasser avait d’ailleurs suggérée la veille du massacre mais que la résistance palestinienne n’avait pas voulu prendre en considération.

Cependant, il faudra attendre 1988 pour que l’OLP d’Arafat accepte à la fois la création d’un Etat palestinien et la résolution 242 des Nations Unies. Et, implicitement, celle de l’Etat d’Israël. Toutefois, celui-ci n’applique toujours pas la résolution 242 et multiplie ses colonies dans les territoires occupés. La délimitation des frontières, le statut de Jérusalem, l’existence de ces colonies, le sort des réfugiés sont désormais l’objet d’un dialogue de sourds.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s