23 mars 1949: La Convention d’armistice

Armée des Volontaires Arabes, Armée Egyptienne, Armée Israélienne (Tsahal), Armée Jordanienne, Armée Libanaise, Armée Syrienne, FINUL, Guerre de 1948

Le 5 juin 1948, le Liban entre en guerre contre Israël, rejoignant les forces arabes déjà engagées dans l’offensive. Les « volontaires arabes » sont dans la bataille depuis janvier 1948. Au lendemain de la proclamation de l’Etat d’Israël, le 15 mai 1948, c’est au tour des armées régulières arabes (Egypte, Liban, Jordanie et Syrie) d’entrer en Palestine.

 

L’armée libanaise intervient pour se porter au secours des volontaires mis en difficulté après la perte de Malkiyé. Le village sera repris par les unités de l’armée libanaise et de l’armée syrienne et les Forces de la libération dans la deuxième bataille de Malkiyé. Puis, l’armée israélienne reprendra du terrain jusqu’à occuper les villages au-delà de la frontière: les sionistes avanceront jusqu’à Blida, Aïtaroun, Aïta el-Chaab. Plus de 45000 villageois fuient leurs terres.

 

Le 16 novembre 1948, c’est l’armistice en Palestine. Un an plus tard, le 1er mars 1949, débute la conférence à Naqoura qui entérine les discussions entamées dans l’île grecque de Rhodes en février de la même année. Le 23 mars au soir, s’ouvre à l’hôtel Normandy, à Beyrouth, une conférence de presse qui rend compte de la cérémonie de Naqoura: l’accord d’armistice entre Israël et le Liban a été signé le matin même.

 

L’ONUST: LES GARDES DE LA FRONTIERE

 

51 hommes de 22 pays patrouillent aujourd’hui la frontière libano-israélienne. Ces casques bleus de l’ONU forment le Groupe de surveillance du Liban, dépendant de l’Organisation de contrôle de la Trêve des Nations Unies (ONUST), institué par la Commission d’armistice établie par la convention libano-israélienne, signée en 1949. Leur mission: surveiller la ligne de démarcation de l’armistice. Ils sont « sous contrôle opérationnels » de la Force des Nations Unies au Liban, FINUL (plus de 4500 hommes). Ils opèrent à partir de cinq postes établis le long de la frontière côté libanais et délivrent des rapports quotidiens.

La dernière réunion de la Commission d’armistice remonte à trente-trois ans.

 

Les israéliens entament leur retrait de la zone frontalière, les villages évacués ne seront officiellement remis aux autorités libanaises que le 2 avril suivant l’accord. Quant aux troupes syriennes, elles ont commencé à se retirer du territoire libanais, depuis le 28 mars. « En fait, les israéliens conditionnaient leur retrait à celui de l’armée syrienne, note ce diplomate libanais alors en poste, comme ils le feront quarante ans plus tard. Le maintien des troupes syriennes en 1983 annulera de facto l’arrangement tripartite libano-israélo-américain du 17 mai 1983 ».

 

Parallèlement aux négociations israélo-libanaises qui aboutiront à la signature de la Convention d’armistice, se déroulaient dans le palais de l’UNESCO à Beyrouth, des pourparlers entre des délégués de l’ONU et les ministres arabes des Affaires Etrangères. Leur objectif: régler la question des réfugiés palestiniens.

 

Si la convention d’armistice signée entre le Liban et Israël arrêtait un conflit armé, elle s’inscrivait dans le cadre d’un processus de paix global entre Israël et ses voisins arabes. « L’établissement d’un armistice entre les forces armées des deux parties est accepté comme une étape indispensable vers la liquidation du conflit armé et la restauration de la paix », dit l’article premier de la Convention. A ce titre, c’est la première tentative de négociations de paix entre le Liban et l’Etat d’Israël. C’est aussi la seule convention engageant les deux parties. Aujourd’hui encore, l’Organisation de contrôle de la trêve des Nations Unies (ONUST) mise en place par la commission mixte d’armistice fonctionne toujours des deux côtés.

 

Elle venait confirmer le tracé de la frontière entre les deux pays, celle délimitée sous mandat, vingt ans plus tôt, par les diplomates Paulet et Newcomb: « La ligne de démarcation d’armistice suivra la frontière internationale entre le Liban et la Palestine », dit le paragraphe I de l’article V.

 

Sur les quatre autres accords conclus avec les autres pays arabes, la convention libano-israélienne est la seule à ne pas modifier le tracé de la frontière internationale négocié par les puissances mandataires. La frontière entre le Liban et la Palestine change de statut – elle devient une ligne de démarcation qui sépare les forces armées des deux parties. Le tracé est le même, il se confond avec la frontière de 1923.

 

Quelques mois après la signature de la convention, une commission de délimitation de la frontière est instituée. Son rapport sera terminé le 15 décembre 1949 après un relevé sur le terrain des démarcations effectives (border-stones), afin de fixer la frontière définitive. « Son rapport confirme point par point, la démarcation de 1923, et la précise encore plus, explique l’historien Issam Khalifé, auteur de nombreux ouvrages sur la frontière israélo-libanaise et ses enjeux. Il sera remis devant l’ONU ».

 

Arguant de la participation du Liban dans la guerre de 1967, Israël déclarera caduc l’accord d’armistice, le 14 août 1967.

 

Considérée comme une étape provisoire vers la réalisation de la paix globale, la Convention ne saurait être annulée ou remplacée que par la conclusion d’un accord de paix. La Convention d’armistice demeure la norme qui régit les deux parties jusqu’à aujourd’hui.

 

« La seule conséquence géographique des combats libano-israéliens est l’extension par Israël de sa domination sur l’ensemble des territoires revenant aux arabes de Palestine selon le plan du partage et qui s’intercalaient entre la frontière Nord de l’Etat d’Israël et la frontière Sud de l’Etat libanais », écrit Nasri Diab… Entendre les terrains des villages frontaliers. Mais c’est aussi une zone-tampon arabe qui séparait Israël du Liban qui disparaît. Elle sera remplacée par une autre quelques années plus tard: la zone dite de sécurité, placée cette fois en territoire libanais et non palestinien.

 

(Magazine du 26 novembre 1999)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s