L’extraordinaire sang-froid de Saddam Hussein face à ses bourreaux, face à la mort.

Non classé

Cellule44

Le 25 décembre 2006, la Cour d’appel irakienne confirme la condamnation à mort de l’ancien président irakien Saddam Hussein et refuse d’accéder à sa dernière volonté d’être fusillé, comme le prévoyait l’ancienne Constitution irakienne pour les crimes politiques. Elle confirme l’exécution par pendaison, réservée en Irak aux criminels de droits communs. Human Rights Watch a estimé que le procès a été «entaché d’irrégularités, aussi bien sur la forme que sur le fond» et qu’il a été «foncièrement inéquitable».

Face à l’annonce de l’exécution des descendants mâles de sa famille.

Saddam Hussein a appris la nouvelle du décès de ses deux enfants, l’aîné Oudaï, le cadet Qoussaï et son petit-fils Moustapha, par un compatriote qui lui avait offert l’hospitalité dans le nord de l’Irak. Les descendants mâles de sa famille ont tous trois tués, le même jour, au cours d’un raid des forces spéciales américaines dans le Nord de l’Irak. Ci…

View original post 1 678 mots de plus

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :